Articles

Choisir le meilleur job board grâce à la persona candidat

« C’est la fin des job boards ! »

Au lancement de chaque nouvel outil, la HR Tech déclare avoir « enfin » dépassé le modèle des plateformes de recrutement. Autant crier « Le roi est mort, vive le roi ! ». Certes, d’après une étude Jobvite 2019, seuls 19 % des candidats sont recrutés via un jobboard. Mais ce chiffre est à comparer aux 49 % de chercheurs d’emploi qui en ont fait leur premier canal de recherches.

Monster, Indeed, et autres Apec ne sont pas en voie de disparition : ils évoluent pour mieux s’adapter aux stratégies d’acquisition de talents. Et les recruteurs ont tout intérêt à suivre la tendance. À l’heure où la Chine recrute ses espions sur LinkedIn, les job boards sont plus que jamais incontournables.

Job boards : le paradoxe de l’expérience candidat

Des mastodontes comme Indeed revendiquent près de 7 millions de visiteurs uniques par mois. Si la quasi-totalité des chercheurs d’emploi ont recours aux job boards, c’est parce qu’ils espèrent y trouver un panorama exhaustif du marché du travail. Ils ne manquent d’aucune annonce de recrutement susceptible de les intéresser ; et ils postuleront bien sûr à un maximum d’entre elles.

Résultat : une offre postée sur un job board génère en moyenne 250 candidatures, plus ou moins pertinentes. Parmi elles, seule une douzaine de candidats se verront proposer un entretien – et bien sûr, un seul obtiendra le poste. Souvent, il a postulé via un autre canal de recrutement aussi.

Ces savants calculs reviennent à dire que 99,6 % des candidats sont éliminés au cours du recrutement. Ils n’envoient pas moins de 20 CV avant d’obtenir un simple entretien, et le double pour espérer une proposition d’embauche. La fameuse expérience candidat consiste essentiellement en une série de rejets, et l’obtention d’un emploi semble parfois tenir davantage de la loterie que du recrutement. C’est un exercice très violent pour le bien-être psychologique des candidats.

Les job boards ne sont que l’un des (principaux) canaux de recrutement. Mais le feedback utilisateur n’est guère plus enthousiaste côté recruteurs. Certes, les ATS se chargent désormais à leur place de collecter et trier les candidatures. Mais les professionnels des RH préfèrent les canaux plus sélectifs et qualitatifs, tels que la cooptation.

Comment donc expliquer le succès des jobboards ? Tout simplement car ils restent une des meilleures façons de mettre en relation les recruteurs et les candidats à l’échelle du marché du travail. Indeed, c’est un peu l’incarnation de la « concurrence pure et parfaite » chère aux économistes néo-libéraux.

Heureusement, il existe des pistes pour faire de l’utilisation d’un job board une solution plus qualitative que quantitative.

9 critères pour choisir le meilleur job board

Localisation, secteur, gamme de prix : le marché des jobboards se distingue par sa diversité. Par définition, un job board se caractérise par :

  • sa polyvalence : il propose des offres d’emploi aux candidats, et une CVthèque aux recruteurs ;
  • sa bonne réputation, qui lui a permis d’atteindre une taille critique et d’attirer tous les acteurs du marché ;
  • et sa fiabilité : les offres comme les CV sont actualisés et vérifiables.

Plus facile à dire qu’à trouver ! Certaines équipes RH prennent le parti de diffuser leurs annonces sur toutes les plateformes de recrutement. Mais les job boards qui serviront le mieux l’acquisition de talents se repèrent grâce à quelques fonctionnalités essentielles :

  • Les jobboards sûrs de leur performance proposent une facturation au résultat (ex : nombre de candidatures reçues) plutôt qu’à l’offre d’emploi postée.
  • Une application mobile dédiée les rend accessibles aux 75 % de candidats qui recherchent un emploi depuis leur smartphone.
  • Une prise de contact proactive laisse les recruteurs envoyer un message direct aux candidats de leur choix.
  • L’option de connexion avec les réseaux sociaux facilite le partage des nouvelles offres d’emploi sur les profils des entreprises – a minima sur LinkedIn, Viadeo, Twitter, et Facebook.
  • Au-delà de la recherche d’emploi, les meilleurs job boards se mettent au service de l’écosystème de l’entreprise. En facilitant la rencontre et les échanges entre professionnels, ils participent à la construction d’un vivier de talents sur le long terme.

In fine, ces critères visent la même chose que toute bonne stratégie de marketing RH : la personnalisation de l’expérience candidat, reconnue comme le plus puissant levier d’amélioration de l’efficacité du recrutement.

Appliquée à l’utilisation de jobboards, la personnalisation de l’expérience candidat consiste à ne diffuser d’offres d’emploi que sur les plateformes qui sont cohérentes avec la persona candidat. En ciblant au maximum leur profil candidat idéal, les recruteurs diminuent le nombre de candidatures reçues, et envoient un signal fort aux chercheurs d’emploi.

La HR Tech offre d’ailleurs des solutions pour aider les experts RH à choisir les jobboards optimaux. L’ATS de Recruitee dispose d’une fonctionnalité multi-diffusion des offres d’emploi qui optimise le sourcing de n’importe quelle annonce. Son intelligence artificielle analyse le succès des campagnes précédentes, et propose un plan de diffusion conçu sur-mesure pour chaque campagne de recrutement.

Job boards gratuits, le meilleur rapport qualité prix ?

Tous les sites de recrutement gratuits ne sont pas généralistes ; mais ils ont tous fait le choix de miser sur l’accessibilité pour attirer un grand nombre d’annonces de recrutement et de chercheurs d’emploi.

Est-ce à dire que les sites de recrutement gratuits ne s’insèrent pas dans une campagne de recrutement ciblée ? Là encore, tout dépend de la persona candidat recherchée. Par exemple, l’APEC est une référence incontournable du recrutement des cadres ; et les jeunes diplômés consultent avant tout les plateformes carrière de leurs écoles. Il serait absurde de négliger ces sources de talents par simple souci de distinction.

Pour que le choix d’un jobboard gratuit ne soit pas qu’une question de rentabilité, Recruitee a négocié pour ses utilisateurs jusqu’à 30 % de réduction sur l’utilisation de plus de 400 plateformes payantes. De quoi introduire une dimension qualitative dans n’importe quelle stratégie de sourcing !

Job boards et/ou réseaux sociaux

Monster ou Twitter, faut-il choisir ? Oui, mais toujours en fonction de la persona candidat.

Les recruteurs misent fréquemment sur le social recruiting comme sur un canal de sourcing alternatif aux jobboards. Ils posent le cadre de prises de contact plus spontanées qui rafraîchissent l’expérience candidat.

Mais l’évolution de LinkedIn et Viadeo, ainsi que de réseaux sociaux plus inattendus comme Facebook et Twitter, en font aujourd’hui des job boards à part entière. Sur un marché où les meilleures stratégies de marketing RH construisent un écosystème de talents autour de l’entreprise, il est temps de mettre fin à la séparation fictive entre « vrais » sites de recrutement et réseaux sociaux « gadgets ».

Quel job board pour quel profil candidat ?

D’autres publications se sont donné pour mission de classer les centaines de plateformes de recrutement par ordre de performance. Ce top Recruitee des 15 meilleurs job boards a une ambition plus pragmatique : démontrer l’intérêt d’une stratégie de multi-diffusion des offres construite autour de la persona candidat, à travers l’exemple de nos plateformes préférées.

Recruter un expert sur job boards de niche

Qui dit « recrutement ciblé », pense automatiquement aux jobboards de niche. Des plus généralistes (Agrojob) aux plus ciblés (Vitijob), on peut notamment citer :

  • Talents, le site de recrutement lancé par Le Monde et Télérama au service des professions culturelles, intellectuelles, et associatives ;
  • Emploi Environnement et le Journal du Textile, qui se doublent de média de grande qualité spécialisés sur leurs expertises respectives ;
  • Les Jeudis, qui rassemble une communauté d’initiés parmi les professionnels de l’IT ;

Et Chooseyourboss, qui applique avec humour les codes de Tinder à la recherche d’emploi.

Recruter un profil atypique sur un job board

Les entreprises à la recherche de profils polyvalents et de talents inédits ne savent pas toujours vers quel canal se tourner.

Des jobboards comme Welcome to the JungleLa Relève, ou Fuyons la Défense parviennent à fédérer ces candidats « hors-pistes » dans un écosystème au ton décalé mais aux visées ambitieuses.

Au-delà du profil : cibler les envies des candidats

La construction de la persona candidat ne consiste pas à dresser un portrait-robot statique. Les meilleurs recruteurs s’intéressent davantage aux motivations du candidat idéal qu’à son expérience professionnelle ; et ils adaptent leurs choix de job boards en conséquence :

  • De la PME à la start-up, Smallizbeautiful vise les candidats qui recherchent une structure à taille humaine et des codes de communication décontractés.
  • NordJobEstJobOuestJobPACAJobCentreJob, et même ParisJob… En multipliant les filiales, Régions Job ouvre un espace pour tous les profils qui font de leur ancrage géographique une priorité.

À l’inverse, JobTrotter répond enfin aux besoins spécifiques des candidats aspirant à l’expatriation. Elle s’adresse également aux entreprises qui désespéraient de les trouver sur la plateforme de Pôle Emploi.

L’insertion professionnelle grâce aux job boards

Le handicap oblige les entreprises à envisager les candidats sous un angle personnel. Mais ni les impératifs de la politique RSE, ni les aides à l’emploi ne doivent éclipser les compétences professionnelles des experts handicapés ! Au-delà de l’incontournable plateforme de l’Agefiph, le job board Profil’Screening lancé par l’association LADAPT dynamise les échanges entre les recruteurs et ces candidats (presque) comme les autres.

Les jobboards dédiés aux experts freelance et à l’écosystème de talents

Il n’y a pas que le CDI dans la vie ! Le travail en freelance qui explose dans presque tous les domaines d’expertise le prouve. Il permet de cibler un besoin métier – celui de missions ponctuelles, plutôt que d’un nouveau poste à temps plein – mais aussi un certain profil candidat. L’expert freelance allie ainsi généralement un parcours atypique à la recherche d’autonomie.

Les plateformes l’ont bien compris, et se présentent sous forme de CVthèque adaptée :

  • 404Works et XXE sont des généralistes des métiers digitaux.
  • Malt aussi, mais c’est son positionnement qualitatif sur d’autres expertises (consultants, commerciaux, chefs de projet…) qui fait tout son intérêt.
  • La Crème de la Crème allie écoles prestigieuses et métiers de la tech, avec en plus une meilleure expérience candidat que sur la majorité des plateformes.

Il serait dommage de laisser de côté cette nouvelle source de talents ; d’autant plus que la frontière entre freelance et salariat se révèle poreuse. L’expert qui entre aujourd’hui dans l’écosystème de talents de l’entreprise, pourrait demain la rejoindre en CDI.

Peut-être les aimerez vous aussi

Acquisition de talent

Comment évaluer le coût réel d’un recrutement ?

Écrit par Justine Uribe

Acquisition de talent

Chasseur de tête : le guide métier

Écrit par Justine Uribe

Acquisition de talent

Sourcing de candidats : la compétence montante du recrutement

Écrit par Justine Uribe